MENU
MENU

Recherche

Newsletter

Accessibilité

    MENU
    MENU
    Retour
    Interindustrie Lecture

    Panorama emploi, compétences et enjeux prospectifs de l’interindustrie en Nouvelle-Aquitaine

    Nouvelle-Aquitaine : un territoire d’industries aux allures de mosaïque

    La Nouvelle-Aquitaine est un vaste territoire à dominante rurale. Des forêts landaises aux collines de la Creuse, de son immense littoral aux reliefs escarpés de Dordogne, la région offre à ses visiteurs de multiples visages. Elle abrite également une industrie d’une grande diversité. Celle-ci couvre un large spectre d’activités qui se répartissent de manière hétérogène et donnent à chaque territoire ses caractéristiques propres et ses défis à relever. L’Observatoire Compétences Industries a dirigé une étude intitulée Panorama emploi, compétences et enjeux prospectifs de l’interindustrie en Nouvelle-Aquitaine. Une photographie du tissu industriel en 2022 mais également une analyse des principaux enjeux à considérer en matière d’emploi et de formation. L’étude régionale est complétée par une analyse fine par département, véritable support à la réflexion et à l’action pour les stratégies locales d’accompagnement des entreprises.

    Un paysage industriel riche et varié

    La Nouvelle-Aquitaine n’est pas la région la plus industrielle de France. 51% de ses habitants vivent en zone rurale contre 33% pour le reste du pays. Elle représente 7% de l’emploi de l’interindustrie nationale tandis qu’elle accueille 8% de la population française.
    Comme au niveau national, la métallurgie pèse lourd : plus de la moitié de l’emploi industriel. De grands noms de l’aéronautique, du transport ferroviaire et de l’électronique figurent parmi les plus gros employeurs de la région : Safran, Thales, Dassault, Stelia Aerospace, Alstom, Legrand, etc. Ces entreprises prestigieuses ne doivent toutefois pas masquer le dynamisme et le poids remarquables des PME de moins de 250 salariés qui représentent 68% de l’emploi industriel en Nouvelle-Aquitaine contre 45% en France.
    Les autres pourvoyeurs d’emplois sont la chimie, les industries électriques et gazières, ou encore les industries créatives avec notamment la maroquinerie, la chaussure, le textile et le cuir. Mais la Nouvelle-Aquitaine comporte aussi son lot de spécificités locales qui dessinent un paysage industriel contrasté. Le département des Landes concentre un tiers des emplois comptabilisés en France dans le domaine des panneaux de bois. L’industrie nautique, particulièrement présente en Charentes Maritimes, pèse un cinquième des emplois du secteur en France. D’autres branches comme l’industrie céramique, les tuiles et briques, ou l’inter secteur papier carton sont sur-représentées.

    L’industrie de Nouvelle-Aquitaine face à ses défis

    Même si l’industrie aquitaine a une activité significative dans l’aéronautique, le luxe, ou la santé, les trois premiers marchés clients auxquels elle s’adresse sont le bâtiment et travaux publics, l’alimentaire et l’agriculture. Or, ces trois secteurs sont particulièrement exposés aux enjeux de transitions énergétique, écologique et numérique. L’univers de la construction est touché par des tensions sur les approvisionnements et doit s’adapter à de nouvelles contraintes réglementaires. L’agriculture et l’alimentaire sont confrontés à des enjeux de sobriété énergétique, de réduction de l’impact environnemental et d’automatisation de la production qui concernent notamment leurs fournisseurs de la métallurgie et du papier carton.
    Le défi commun à toutes les industries de Nouvelle-Aquitaine reste toutefois le recrutement de nouvelles forces vives. Dans les questionnaires adressés aux entreprises, ce sont les thématiques relatives aux ressources humaines qui figurent en haut des préoccupations. L’attractivité auprès des salariés et leur fidélisation sont des priorités fortes pour 80% et 90% des employeurs interrogés. Des chiffres qui relèguent nettement au second plan les questions relatives à l’outil de production, à la performance ou au développement de produits et de marchés. Légèrement en retrait, mais cependant à un niveau élevé, la question de la conception et de l’élaboration de produits plus respectueux du développement durable est un enjeu pour 56% des entreprises.

    Enjeux d’emploi et de compétences : des menaces sur certains territoires

    Globalement la Nouvelle Aquitaine possède de nombreux atouts et affiche un beau dynamisme en termes de création d’emploi. Le rebond post-Covid a été vif, et le chômage s’élève désormais à 6,6%, contre 7,4% pour toute la France. Ce sont 17 400 projets de recrutements dans la production industrielle qui sont recensés en 2022, soit le double de 2015. Cette bonne nouvelle n’en est pas forcément une pour les entreprises de la région qui peinent déjà à embaucher : 70% des recrutements y sont jugés difficiles. C’est particulièrement vrai dans certaines zones peu densément peuplées, éloignées les unes des autres, et qui perdent des habitants. Or, c’est parfois dans ces territoires que la part – et donc l’importance – des emplois industriels est la plus élevée : par exemple, au Nord, vers Châtellerault et Thouars, au Sud vers les zones d’emploi de Pau et Oloron, et dans l’Est, et notamment à Brives, Ussel, Limoges, et Angoulême.
    À moyen terme, la démographie ne devrait rien arranger. 18% des salariés avaient au moins 55 ans en 2019. Ce qui représente un départ en retraite de plus de 37 200 salariés d’ici 5 à 7 ans. La baisse du nombre des lycéens annonce, de surcroît, des tensions durables sur le marché de l’emploi, notamment dans les zones périphériques de la région.
    La question de l’attractivité des métiers de l’industrie se pose dans tout le pays. Mais, pour des raisons démographiques, géographiques, et du fait de la prééminence des PME de moins de 250 salariés dans l’emploi industriel, elle se pose sans doute avec plus d’acuité encore en Nouvelle-Aquitaine.