MENU
MENU

Recherche

Newsletter

Accessibilité

    MENU
    MENU
    Retour
    Interindustrie Lecture

    Prospective des besoins en compétences de la filière des batteries en France au sein de l’interindustrie

    Un panorama complet de la chaîne de valeur de la filière des batteries électriques en France et de son évolution

    Dans un contexte de forte croissance de la demande en batteries électriques, l’Observatoire Compétences Industries a réalisé, avec l’appui du cabinet BIPE, une étude visant à déterminer les besoins en compétences au sein de la filière.

    Cinq branches d’OPCO 2i concernées

    Cette étude offre un panorama complet de la chaîne de valeur de la filière des batteries électriques en France et de son évolution dans les 3 à 5 ans. Cinq branches professionnelles du périmètre d’OPCO 2i sont positionnées sur cette chaîne, mobilisées de manière inégale : chimie, métallurgie, plasturgie/composites, caoutchouc et recyclage. Elles interviennent dans différents domaines : extraction de matières premières, fabrication de composants de cellules, fabrication de cellules, fabrication de blocs de batteries et recyclage. Les branches Chimie et Métallurgie sont les plus impactées en termes d’emploi par le développement de la filière.

    Profils particuliers

    Les besoins en compétences concernent l’habilitation de sécurité, la maintenance, les technologies de procédés industriels et l’électrochimie. Des profils particuliers sont recherchés parmi les opérateurs/techniciens, les ingénieurs (chimie, procédés, sécurité, qualité et maintenance) et les managers responsables. Ceux-ci, ainsi que les fonctions transverses, sont concernés par un renforcement de compétences, mais à un moindre niveau.

    Offre de formation encore insuffisante

    Au regard de la quantité d’emplois mobilisés au sein de la filière, des compétences requises et des enjeux en termes de développement industriel, l’offre de formation est réduite. Très peu de formations existent aujourd’hui en France pour préparer les techniciens, opérateurs, ingénieurs et responsables au nouvel écosystème en cours de création avec les gigafactories.

    De plus, les formations sont encore peu adaptées à la réalité de l’outil industriel et aux nouveautés mises en œuvre pour la filière batteries, alors qu’aucune gigafactory n’est encore en service en France. Les formations dédiées à la filière sont aujourd’hui déployées majoritairement par des organismes de formation orientés vers l’automobile ou les énergies nouvelles, ayant ouvert quelques modules spécifiques pour la batterie électrique.
    Quatre axes pour répondre aux besoins

    Quatre axes seraient à considérer pour promouvoir une offre de formation en adéquation avec les besoins

    A court terme : concevoir un plan de formation local (les Hauts-de-France sont la première cible géographique), en étudiant l’opportunité de création d’une « école de la batterie », et proposer une GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et des compétences) au niveau de la filière.
    A moyen terme : dynamiser l’attractivité de la filière et former les ingénieurs par le développement de l’offre de formation initiale et l’adaptation de la formation continue.

    Le développement important de l’électrification des véhicules fait naître des besoins en compétences spécifiques au sein de l’interindustrie. En s’attaquant au sujet des batteries électriques, l’Observatoire Compétences Industries a permis de cerner l’évolution attendue des métiers et des compétences de la filière, afin de s’assurer de l’adéquation des formations aux besoins des entreprises de cette chaîne de valeur en cours de structuration.

    Stéphanie VERHAEGHE, Directrice Etudes et Prospective d’OPCO 2i